Vous prévoyez d’acheter un bien immobilier ? Vous estimez aussi que votre budget est prêt ? Seulement, êtes-vous certain d’avoir intégré l’ensemble des frais supplémentaires en matière d’acquisition immobilière ? Le budget d’un achat immo ne s’agit pas uniquement de penser au prix du bien lui-même, d’autres frais sont aussi à prévoir, mais lesquels ?

Les frais d’acquisition ou frais de notaire

En France, un achat immo doit se conclure obligatoirement devant le notaire. À part le prix du bien immobilier, vous devez aussi penser obligatoirement aux frais d’acquisition ou aux frais de notaire. Un acheteur immo doit donc prévoir approximativement 8% du prix du logement qu’il souhaite acheter pour payer les frais d’acquisition. Les frais de notaire comprennent :

  • Les droits de mutation aussi appelés droits d’enregistrement ou taxe de publicité foncière. Le notaire est simplement chargé de les collecter puis il doit obligatoirement les verser au Trésor Public. Ces frais varient en fonction du montant de l’achat et sont soumis à une tarification obligatoire.
  • La rémunération du notaire qui est calculée grâce à un tarif proportionnel au prix du bien immobilier.

Les frais d’agence

Dans le cadre d’un achat immo, les frais d’agence s’agissent d’un coût supplémentaire à prévoir dans votre budget. Son montant peut varier de 1 à 7% du prix de vente selon la prestation fournie par l’agence.

D’autres frais sont encore non négligeables

·      Le coût du crédit

La grande partie des acheteurs finance leur projet d’achat immo grâce à un crédit. L’emprunteur devra ainsi :

  • Rembourser le montant emprunter son taux d’intérêt et les frais annexes liés au prêt lui-même.
    • Payer une Assurance.
    • Payer des frais de dossier.
    • Payer le coût des garanties (hypothèque ou caution).

·      Les taxes relatives au logement acheté

L’administration fiscale souligne que les impôts locaux sont à payer par celui qui occupait ou était propriétaire du logement au 1er janvier. Le notaire se chargera ainsi de répartir les frais liés au bien vendu entre le vendeur et l’acquéreur. Généralement, le vendeur supportera le montant de la taxe foncière dû entre le 1er janvier et le jour de la vente ; et l’acquéreur payera le montant dû entre le jour de la vente et le 31 décembre. Pour la taxe d’habitation, le propriétaire au 1er janvier devra s’en acquitter intégralement. 

·      Les charges de copropriété

En copropriété, les charges sont dues au syndic par la personne qui est copropriétaire à leur date d’exigibilité. Seulement l’acte de vente prévoit dans ses clauses que :

  • Les charges sont réparties entre le vendeur et l’acquéreur si la transaction a lieu au cours d’un trimestre.
    • Seul le copropriétaire à cette date en sera la bénéficiaire ou redevable si un appel complémentaire de fonds ou un remboursement a lieu à la fin de l’exercice.

·      Les travaux votés par la copropriété

·       Pour les travaux, la règle est la même que pour les charges de copropriété. Toutefois, les parties peuvent aussi convenir contractuellement une autre répartition.

·      Les frais de déménagement

Ces frais annexes ne sont pas à négliger lors de l’estimation de votre budget d’achat immo. Renseignez-vous auprès des déménageurs pour bien définir son montant.

·      Les impôts locaux

Avant d’acheter, renseignez aussi sur la fiscalité locale du lieu où est situé le logement, car la taxe d’habitation, la taxe foncière, la taxe d’enlèvement des ordures ménagères et autres impôts peuvent varier d’une municipalité à l’autre.

·      Les travaux dans l’ancien

Si vous allez acheter dans l’ancien, n’oubliez surtout pas d’évaluer les éventuels travaux à effectuer.